Le mois de janvier a posé les premières pierres d’une année prometteuse qui portera au moins une publication et de nouveaux projets littéraires.

Au delà du travail effectué, le début de cette année 2019 semble bien avoir marqué un tournant dans mon quotidien, ma routine, mais également mon rapport à l’écriture. Je n’ai hélas eu que peu de temps pour nourrir ce blog et poster sur les réseaux sociaux, l’heure est venue de rattraper ce retard et vous en révéler davantage.

Travail éditorial

J’ai consacré le gros de mon temps au travail éditorial de mon prochain roman Comme sur des roulettes. Une étape passionnante durant laquelle mon roman a enfin pris forme concrète ! J’ai confié ce troisième bébé à une éditrice et une correctrice  à l’écoute qui ont fait de cet étape un moment d’épanouissement.

Il arrive parfois que le temps précédant la sortie soit, pour les auteurs, un moment de tension et de frustration, donnant la sensation d’être dépossédé de son roman. Cela est particulièrement le cas lorsque l’on rencontre des problèmes de communication, ou une absence totale d’information. Or, chez Nats Editions, j’ai été informée de chacune des étapes. Mieux encore, j’ai eu voix au chapitre, tout en m’appuyant sur l’expertise de l’équipe (il ne s’agissait en aucun cas de faire peser sur moi la charge de travail).

Ainsi, même si la rédaction est achevée depuis longtemps, j’ai retrouvé ce moment de gestation, où l’on se sent en osmose avec son texte tandis que ce dernier prend corps. Un instant très fort que j’apprécie particulièrement dans toute la quête éditoriale ! (Tandis que, pour d’autres, il n’est que le synonyme d’une loooongue attente 😉 )

D’un point de vue concret, je ne peux pas encore vous montrer de quoi il retourne, mais sachez que la couverture, la mise en page et le résumé, sont achevés !  Après un an d’écriture, puis un an et demi de prospection éditoriale, voici mon roman (presque) prêt à s’envoler, à exister pour d’autres que moi. C’est une sensation magique, où se mêle une pointe de fierté et de nostalgie. La vie d’un texte ne s’arrête pas au point final, ou à l’acceptation d’un éditeur, loin de là. J’y consacrerai certainement un article d’ici peu 🙂 !

Relecture et correction

En parallèle du travail éditorial, j’ai mené à bien les corrections d’un nouveau roman contemporain psychologique. Il s’agit d’un texte court, incisif, aux antipodes de ce que j’ai écrit auparavant. Passé le blocage et la peur des débuts, il s’est imposé à moi comme une évidence et fut posé sur papier en quelques semaines. Mais il restait une matière brute qu’il fallait polir et affiner. Je l’ai donc laissé refroidir avant de le retravailler. L’objectif (atteint) était de finir la réécriture-relecture de la V1 avant février, afin de pouvoir me consacrer à un nouveau travail.

Bouleversement de ma routine créative

Je suis, depuis quelques jours, autrice-rédactrice au sein d’une maison d’édition (top secrète 😉 ) ce qui m’a conduit à actualiser ma routine créative. Je consacre les deux tiers de mon temps à cette ME, et garde le dernier tiers pour mes projets personnels.

A l’échelle d’une journée, je m’emploie  à respecter des horaires de bureau et me consacre ensuite à mes projets de « fiction ». Il apparaît en effet que cela m’aide à tenir le rythme. Je gagne en efficacité et j’évite les distraction et la procrastination.

Si ce travail me prend parfois de l’énergie et de l’inspiration que je n’injecte pas dans mes autres projets, il n’en reste pas moins enrichissant. Il m’entraîne à écrire différemment, me mène hors des sentiers battus, et me permet d’apprendre sur des sujets variés. De plus, à l’heure où la situation des auteurs est toujours extrêmement précaire, il est rassurant d’avoir l’assurance que son texte est attendu. Cela donne une garantie rare dans un métier où l’insécurité domine, (si le sujet vous intéresse, Samantha Bailly l’aborde et le défend avec brio !)

Et pour février ?

Le mois passé fut extrêmement riche, si bien que j’ai la sensation que février sera de ces temps de pause, dans le creux de la vague, du point de vue de la création. Cela va me permettre d’attendre patiemment la sortie de mon roman, et de laisser murir des nouveaux projets. (Il n’a en effet pas fallu longtemps pour que l’étincelle d’une nouvelle histoire s’éveille dans mon esprit, mais, pour l’heure, elle n’a pas encore de corps. )

NB : Suite à un problème Internet, je poste cet article un peu en retard mais le bilan reste le même !

Si vous voulez en savoir plus, je vous encourage à me contacter
ou à suivre la rubrique « bilan » du site ! 

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.