2019, déjà ! Lorsque je jette un regard en arrière, je réalise que 2018 est une année dans le creux de la vague, marquée par une certaine inertie côté éditorial. Pour autant, elle fut jalonnée d’événements importants. L’obtention de mon master 2 en édition, mais aussi la fin de ma vie étudiante et le début de celle que je consacre à l’écriture.

À l’occasion de cette fin d’année, l’heure est venue de faire le bilan.

études et travaux universitaires

L’obtention de mon master 2 Édition m’a contrainte à mettre en pause l’écriture. Je n’ai pourtant pas délaissé mon clavier, puisque de mars à août, j’ai travaillé sur la rédaction de mon mémoire (combinant recherche et projet éditorial) afin de le soutenir au mois de septembre. Ce dernier a pour titre « L’édition indépendante face aux littératures de l’imaginaire » (consultable sur le site de l’université Toulouse 2 Jean-Jaurès).
Même s’il ne s’agit pas d’un projet de fiction, je suis heureuse d’être parvenue à traiter un sujet si cher à mon cœur et autour duquel il y a encore énormément à dire. Il n’est d’ailleurs pas exclu que je m’y replonge un jour.
Si le propos vous intéresse, n’hésitez pas à me contacter.

Dans les tuyaux éditoriaux

En septembre, j’ai commencé les corrections éditoriales de mon roman Comme sur des roulettes qui paraîtra chez Nats éditions en 2019. S’il reste assez peu de coquilles (merci les nombreuses réécritures) il faut encore traquer quelques répétitions.
Il s’agit d’une étape exigeante du travail éditorial dans laquelle je suis pourtant heureuse de m’investir. Ce roman représente l’un de mes plus gros projets, et aborde des thématiques fortes qui nécessitent une approche précise. J’ai très nettement senti un avant et un après ce texte, qui m’a permis de m’améliorer et de progresser.
Heureusement, je suis très bien entourée et je pourrai bientôt en révéler davantage.

Écriture et nanowrimo

Le retour à l’écriture s’est fait par l’intermédiaire du NaNoWriMo, après avoir consacré le mois d’octobre à la préparation de mon roman. Une reprise délicate, abordée avec un mélange de peur et d’enthousiasme. Peu importe le nombre de manuscrits écrits, les doutes restent (même si l’habitude permet de prendre quelques automatismes).

Cela fait plusieurs années que l’histoire de ce roman a germé dans mon esprit, se nourrissant de réflexions et d’expériences. J’ai finalement réussi à lui donner corps en un peu plus d’un mois. Un enjeu d’autant plus fort que c’était la première fois que je travaillais sur du contemporain psychologique.

Une fois ce premier jet terminé, je l’ai laissé poser pour reprendre la rédaction d’une suite libre (je n’en dis pas plus pour l’instant).

Puis, en décembre, j’ai entrepris  la première relecture/réécriture de mon NaNoWriMo. Il reste encore beaucoup à faire.
D’ordinaire, je travaille sur un même projet, que je corrige et envoi dans la foulée . Cette fois-ci, j’ai alterné le travail d’un texte à l’autre afin qu’ils s’aèrent pour les corriger avec un œil neuf. Une méthode que je compte poursuivre en 2019.

Que nous réserve 2019 ?

Les projets écriture de 2019 font suite à ceux de 218. Je compte :

  • Finir la réécriture de mon roman NaNoWriMo (et si possible, l’envoyer aux éditeurs)
  • Achever l’écriture de ma suite libre (projet secret pour l’instant)
  • Relire et retravailler une novella en vue de sa sortie

Vous l’avez sans doute constaté, la page facebook et le site sont lentement sortis de leur sommeil pour accompagner le lancement de Comme sur des roulettes. Je ne compte pas laisser l’enthousiasme retomber et ai prévu une série d’articles jusqu’à sa sortie, dans quelques mois.

  • La section Chroniques/Interviews d’auteur est encore ouverte, il suffit de me contacter pour s’inscrire.
  • Enfin, concernant l’édition, la grosse actu sera la parution de Comme sur des roulettes chez Nats Éditions (date et infos à venir !).

Je vous souhaite une belle année 2019
A très bientôt pour de nouveaux articles ! 

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.