Je remercie les éditions ActuSF pour m’avoir permis de découvrir en service presse Dragon de glace, un recueil de nouvelles de George R. R. Martin publié en France. J’étais curieuse de retrouver cet auteur dans le registre exigeant de la nouvelle et le résultat fut… atypique.

Fiche technique :

Titre : Dragon de glace
Auteur : George R.R Martin
Genre : Recueil de nouvelles
Éditeur : ActuSF
Collection : Perles d’épice
Résumé :   « D’un blanc cristallin, ce blanc dur et froid, presque bleu, le dragon de glace était couvert de givre ; quand il se déplaçait, sa peau se craquelait telle la croûte de neige sous les bottes d’un marcheur et des paillettes de glace en tombaient. Il avait des yeux clairs, profonds, glacés. Il avait des glaçons pour dents, trois rangées de lances inégales, blanches dans la caverne bleue de sa bouche.
 S’il battait des ailes, la bise se levait, la neige voltigeait, tourbillonnait, le monde se recroquevillait, frissonnait.
S’il ouvrait sa vaste gueule pour souffler, il n’en jaillissait pas le feu à la puanteur sulfureuse des dragons inférieurs. Le dragon de glace soufflait du froid. »

Une lecture en demi-tente

Quelques jours ont été nécessaires, une fois tournée la dernière page, pour que je mette en mot mes impressions de lecture. Difficile de juger de la qualité d’un recueil, qui, par nature, adopte une forme fragmentée.

Je ne parlerai pas du style ici, puisqu’il s’agit d’une traduction, et dirai simplement que l’écriture était vive et plaisante. Pourtant, dans son ensemble, ce recueil a peiné à me séduire. J’ai regretté l’absence d’unité dans le genre et le thème des nouvelles, ce qui rendait le passage de l’une à l’autre difficile. Connaître l’auteur a sans doute nourri une attente trop importante, mais j’ai eu la sensation, au fil de la lecture, que les nouvelles ne présentaient pas toutes le même intérêt et la même profondeur dans leur traitement.

Les deux premières nouvelles fantasy, « Dragon de glace » et « Dans les contrées perdues », sont certes plaisantes à lire, mais ne sortent pas suffisamment des sentiers battus pour proposer une expérience de lecture originale et se démarquer de la multitude de textes fantasy.

En revanche, la nouvelle « L’homme en forme de poire » est savamment orchestrée. Originale, inquiétante, et tordue, elle tord le cou aux codes littéraires ! Ici, l’horreur ne se résume pas à un monstre sortant d’un placard et sait nous surprendre.

Je m’arrêterai enfin sur « Portrait de famille », qui met en scène un écrivain face à ses personnages et son passé. Par ses protagonistes, le traitement du thème et sa note finale, cette nouvelle est ma préférée. Bien quelle soit l’une des plus longues, je l’ai achevé d’un trait avec un grand plaisir.

Malgré tout, un ensemble selon moi trop inégal aura rendu ma lecture mitigée et difficile. Le recueil présente (selon moi) deux très bonnes nouvelles, que je vous invite à découvrir que vous appréciez, ou non cet auteur.

LES CHRONIQUES VOUS INTÉRESSENT ?

Si vous souhaitez me proposer un service presse, passez par la rubrique contact ou les réseaux sociaux (pensez à vérifier vos spams !).

Pour lire les autres chroniques, c’est par ici !

Leave a Reply