Passeurs (chronique T.1 disponible ici) est l’un de mes romans coups de cœur dans le catalogue de Nats Éditions. Ses personnages au fort tempérament, l’univers piquant et coloré, et son intrigue riche m’ont fortement séduite.  Force est de constater que ce tome 2 s’inscrit dans la même veine tout en déployant des trésors d’inventivité.

Fiche technique :

Titre du livre : Passeurs – T.2 Aja Lind
Auteur : Lucille H.James
Genre du roman : Fantasy
Éditeur : Nats Éditions
Lectorat : Jeunesse, Jeune adulte
Date de sortie : 23 octobre 2016

Résumé : Jeffrey Horlaw est parvenu à s’enfuir de justesse du monde d’Ithilnín. Il a manqué d’y laisser sa vie, et sa santé mentale.
Aja Lind, 16 ans, n’éprouve qu’un intérêt limité pour les choses de ce monde. Elle occupe ses journées entre sa passion pour les chats et les films de genre obscurs.

Lorsqu’un groupe de miliciens armés fait irruption dans leur lycée, Jeff et Aja s’enfuient, jusqu’à atteindre un univers parallèle. Embarquée dans un biplan poussif, propulsée dans une ville cosmopolite et magique, Aja fait la connaissance d’un peuple adorateur des démons, d’un Prince-Oracle, et d’un guépard qui parle. Quant à Jeff, il devient le meneur rétif d’un groupe de Passeurs envoyés à Torana Kala pour y retrouver l’Oracle de la Mort.
Ils auraient mieux fait de rester chez eux.

Une écriture drôle et percutante

Lucille H.James a le sens de la répartie et du mot juste. Son texte est imprégné de formules amusantes, de traits d’esprit, de joutes verbales qui donnent du sel à l’histoire et de la profondeur à ses personnages. Loin de se trouver dans une narration plate et scolaire, le lecteur est tour à tour plongé dans le cynisme de Tancredi, la mauvaise humeur de Jeff, les remarques surprenantes d’Aja. Cette écriture vivante sait être précise, presque chirurgicale, lorsqu’il s’agit de nous dépeindre des scènes dures, ou d’entretenir la tension. Ces points forts, déjà notés dans la lecture du tome 1, se sont ici approfondis. Le rythme est maîtrisé, les dialogues dynamiques, et les quelques répétitions ne freinent en rien la lecture.

 

Des personnages creusés

Retrouver les personnages de Passeurs a été un réel plaisir. L’auteure est parvenue à les faire grandir et évoluer, en réponse aux épreuves qu’ils ont dû traverser. Jeff quitte notamment la posture de l’ado râleur et borné pour gagner en profondeur. Les relations qui se tissent entre eux sont complexes et ambivalentes et les nouveaux venus restent originaux et attachants. J’ai particulièrement apprécié qu’Aja se détache des stéréotypes féminins habituels. En dépit de leur grand nombre, tous les protagonistes parviennent à  nous marquer et aucun n’est un prétexte à faire avancer l’histoire.

Un univers et une intrigues dense

Le premier tome des Passeurs nous proposait déjà une histoire mature et riche, invitant à la réflexion sur des thématiques telles que l’émigration. Il plongeait ses lecteurs dans un monde sans pitié, aussi froid que réaliste. L’intrigue reprend ici le fil tissé en amont, tout en se complexifiant de façon significative. Cette dernière m’a d’ailleurs davantage convaincu, car je l’ai trouvé moins manichéenne et donc plus maîtrisée que pour le premier volet.

De la même manière, concernant le rythme, le cadre est posé de façon efficace et les éléments perturbateurs ne tardent pas à surgir. Nous nous retrouvons dans un récit lancé à toute allure, évitant toutefois l’écueil de la surabondance de péripéties. Le tout est assorti de quelques pauses narratives bien menées et d’un final en apothéose.

J’avais regretté la présence de trop grands lieux communs de la fantasy, avec la mention de monstres très connus tels que le Minotaure. Ici, j’ai eu la sensation que l’auteur sortait davantage des sentiers battus, et ai été véritablement surprise par l’inventivité dont elle a fait preuve.

Quant à l’univers, il est coloré et foisonnant. Nous avons sous les yeux une large fresque où tout est pensé dans le détail. Il s’en dégage une grande féerie, à travers les descriptions d’Ithilnín notamment, qui contraste fortement avec les évènements sombres s’y déroulant.

Loin de s’en tenir à de simples descriptions, l’auteure pousse l’immersion en travaillant à la fois l’histoire, l’architecture et la culture (culinaire ou sociale, par exemple), de son univers.

En conclusion

J’attendais la sortie de Passeurs avec impatience, et la lecture m’a laissé une forte impression. Ce tome 2 sait se démarquer par l’univers qu’il tisse et la richesse de son écriture. La présence de thématiques fortes, bien traitées, en fait une histoire mature et intéressante. C’est une œuvre piquante et dynamique qui ne craint pas de sortir des cases et de jouer sur les contrastes. Peu importe votre âge, rejoindre les Passeurs sera synonyme d’une aventure haute en couleur. Merci à Nats Edition de m’avoir permis de le découvrir.

Leave a Reply