Vous le savez sans doute, certains auteurs ont besoin d’instaurer une routine pour faciliter l’écriture, se rassurer, ou tout simplement contrer la page blanche. Mais sans aller aussi loin, il est possible à l’heure merveilleuse d’Internet (oui) de trouver des outils qui donnent un coup de pouce dans la création. En voici une sélection :

1.    Un traitement de texte : classique ou original

Alors oui, j’enfonce des portes ouvertes. Mais après avoir essayé pléthore de traitement de texte, j’en reviens à mon premier amour : Microsoft Word. On y trouve des trésors de mise en page, une relative facilité d’utilisation, un suivi de correction complet et pratique, et surtout, son coût d’acquisition est désormais abordable.

Autre alternative moins connue mais efficace : Focus Writer. Ce petit logiciel gratuit permet d’afficher un traitement de texte en plein écran. Cela évite d’avoir les yeux rivés sur les autres onglets. Petit bonus, il est également possible d’activer des bruits de machines à écrire ou de changer la couleur et le motif de la page. Ce logiciel est très agréable et possède des fonctionnalités intéressantes, comme la possibilité de créer des sessions chronométrées et de suivre le nombre de mot écrit chaque jour. Cela peut être utile pour le NaNoWriMo malgré des possibilités de mises en pages limitées.

2.    « générateur d’ambiance » et musique

Le silence m’angoisse. Il donne un poids tout particulier aux hésitations qui nous saisissent entre deux phrases. J’adore écrire sous la pluie, ou portée par le chant des oiseaux. Un collègue de promo m’a donné la solution miracle : Noisli.
Ce générateur permet d’activer une dizaine de fonds sonores différents, de les combiner, ou de régler très simplement le volume. Utilisable gratuitement et sans abonnement !

Dans un autre registre, je ne peux pas me passer de  playlist (sur Youtube ou autre…) Si certaines scènes me demandent une concentration particulière (et donc, rien dans les oreilles) j’ai constaté mieux écrire avec de la musique. Très souvent, il s’agit d’OST de film, de rock ou de métal (pour le rythme), de classiques (Chopin <3) ou encore de Blues. La musique facilite l’écriture, plus important encore, elle colore le texte. J’ai donc pris l’habitude de créer des playlists thématiques pour éveiller l’inspiration et éviter de m’interrompre au beau milieu d’une scène afin de changer une musique.

3.    Dictionnaire et Correction

L’un des avantages du Net, c’est qu’il permet très simplement de vérifier l’orthographe ou la conjugaison d’un mot, voire de traquer des répétitions. Pour tout cela à la fois, j’ai glissé dans mes favoris le site du CNRTL. Vous y trouverez un dictionnaire, mais aussi un répertoire de synonymes et d’antonymes très précis, et d’autres informations utiles telles que la section étymologie.

Le logiciel Antidote est également un bon outil pour relever les plus grosses fautes, les régionalismes, les erreurs de syntaxe, et surtout…. Les répétitions. Le logiciel souligne les choses à changer et propose des corrections ainsi qu’une explication. Vous pouvez ensuite valider les modifications. Il est également possible de modifier les paramètres de détection, d’intégrer de nouveau mot au dictionnaire, ou encore de choisir un niveau de langue. S’il ne se révèle pas totalement infaillible (rien ne vaut un regard professionnel), il est d’une grande utilité pour nettoyer un texte et le rendre plus digeste.

4.    LEs carnets de notes et l’organisation

Les traitements de textes ne sont pas les seuls outils sur lesquels il est possible de prendre des notes. Si vous n’aimez pas jongler entre les fenêtres, un carnet peut être un bon moyen pour ne rien oublier au fil de l’écriture et de la correction.
Il agira comme un repère et vous pourrez y écrire avec plus de facilité. Il a en effet été constaté que le cerveau n’ordonne pas les idées selon qu’on doive écrire ou taper sur un clavier.
De plus, la pression sera peut-être moins grande qu’en fixant un curseur clignotant dans le vide. L’objectif ici n’est pas de faire de belles phrases mais de noter son avancée.

Autre alternative pour les amoureux du Net : le site Trello permet de s’organiser très simplement en créant des listes et des tableaux de tâches à effectuer. Il propose un système de classification riche et pratique que j’ai pu utiliser à la fois dans le travail et dans l’écriture.

5.    Une aide géographique

S’il y a bien une notion qui m’échappe, c’est la géographie. Une lacune qui va de paire avec la difficulté d’imaginer des paysages authentiques (ou originaux). J’ai donc pris l’habitude de me promener sur Google Earth afin de réaliser des repérages à la façon des réalisateurs. Il ne s’agit bien sûr pas de calquer avec minutie chaque détails et noms de rues, mais bien d’inscrire votre récit dans un cadre plus concret, de donner un support à votre imagination.

Voilà pour ces trucs et astuces qui, je l’espère, vous seront utiles !
Et vous, quels sont vos incontournables de l’écriture ?

Leave a Reply