Je n’ai jamais eu de réelles difficultés à achever un livre pour en faire la chronique, hélas, Iriän fait exception à la règle. N’étant pas coutumière des retours négatifs, je vais tenter de clarifier le plus possible mon ressenti. Sachez toutefois qu’en dépit de tout l’esprit critique possible, les chroniques gardent une part de subjectivité. Je sais que ce texte a rencontré de bons retours, mais à mon sens, trop de dysfonctionnements empêchent d’en ressentir le potentiel.

Le point dans ma chronique :

Fiche technique :

Titre: Irïan (Tome 1 : Semblables)
Auteur : Saïph Riguel
Edition : Nats Edition
Genre : SF, Space Opera
Prix : 16,00 €
Parution : 4 décembre 2017
Nombre de tomes prévus : 3

Résumé : Étudiante en astrophysique, Naya prépare sa thèse à l’observatoire du Cantal.
En cette nuit du 12 août 2012, la doctorante, son directeur de thèse et sa collègue observent les Perséides.
Ce soir, rien ne va.
Quand les météorites finissent par se dévoiler, ce n’est pas un caillou qui tombe dans le jardin de l’observatoire, mais un vaisseau aux allures d’insecte…
Irïan est venu chercher sa pilote.

Un roman bien ancré dans le space-opéra

En quelques pages à peine, Irïan nous plonge dans les codes du Space Opéra, les assumant et les maîtrisant avec aisance. Premier point fort, la précision du propos scientifique, qui confère à l’ensemble, du moins au début, une grande cohérence. Que ce soit dans le traitement de l’astronomie, ou encore des descriptions extraterrestres, l’auteur a le sens du détail.
Il y a un réel travail sur l’intrigue. L’histoire est ingénieuse, imaginative, et la construction pointue des civilisations donne du corps à l’ensemble. Les thématiques de conquêtes spéciales et de nouvelles races avaient a priori tout pour séduire les adeptes du genre. Pourtant, la forme du texte, véritable point faible selon moi, aura gommé le plaisir de la lecture.

Un ensemble irrégulier

Au-delà de toute considération stylistique et subjective, l’écriture est très irrégulière. Selon moi, un manque de fluidité surgit très vite, explicable sans doute par une structure de phrases bien trop répétitive et des termes ré employés en abondance. Cela est dommage, car le fond du propos est maîtrisé, mais sa forme, manquant d’affinement et de dynamisme, étouffe l’ensemble.

Ces dysfonctionnements se reflètent plus encore dans les dialogues, où le manque d’approfondissement donne la sensation que les personnages se fendent parfois de remarques et de réactions peu matures et peu crédibles. Cela ne rend pas hommage aux protagonistes dont l’intériorité reste travaillée.

Irïan et son univers foisonnant

Il m’a été très difficile d’achever ce roman du fait de son écriture. Il recèle toutefois des qualités qui en feront un bon choix de lecture pour les amateurs de SF. Son univers riche et foisonnant propose une vision inédite de la vie extraterrestre, représentée par les Ispiliens, peuples Insectes Humanoïdes d’une grande intelligence. La découverte de leur culture et de leur histoire est bien amenée, et l’auteur a su injecter à son texte les traits seyants du genre, (comme Irïan, vaisseau spatial doué de parole).

Conclusion

En définitive, le premier tome de ce roman nous propose une intrigue solide, des personnages intéressants et un traitement creusé des thématiques du voyage spatial. Il souffre toutefois de sa forme, qui, tout en restant originale, présente un certain nombre de maladresses du point de vue de sa construction et de son rythme. Accordant une grande importance au style d’écriture, je ne suis hélas pas parvenue à me laisser porter.

Leave a Reply