Voici une nouvelle chronique pour vous présenter Le lien du faucon, qui a coloré mon week-end. J’ai découvert Delphine Laurent grâce à son roman Nous sommes ceux du refuge paru aux éditions Oskar en 2016. Son sens de la narration et son imagination avaient déjà su me séduire. J’ai donc fondu sur Le lien du faucon dès que l’occasion s’est présentée.

Fiche technique :

Auteure : Delphine Laurent
Titre : Le lien du faucon
Maison d’édition: Oskar Editeur
Genre : Fantastique, aventure
Public visé : Ados / Young adults
Date de sortie: 30 mars 2017

Résumé :

Mélissandre rêve de devenir maître fauconnier. Son stage à la Volerie des Rapaces du château de Kratzberg va lui permettre de concrétiser son vœu le plus cher.
Alors qu’elle prend soin de Gemma, une vieille fauconne qui semble habiter les lieux depuis toujours, la jeune fille découvre un journal de dressage rédigé trois siècles auparavant par un fauconnier du nom de Louis.
Que cache ce carnet dont de nouvelles pages s’écrivent chaque nuit, comme par enchantement ? Et si, défiant les siècles et unis par la même passion, les destins de Mélissandre et de Louis étaient liés à celui de Gemma ?

Une intrigue originale et bien traitée

C’est avant tout la thématique originale, servie par une couverture soignée et un résumé intriguant qui a suscité mon intérêt. Dès les premières pages, Delphine Laurent nous ouvre les portes d’une activité peu commune, celle des maîtres fauconniers.  La détermination et la passion de Melissandre nous emportent très vite, dans ce récit vif, au rythme maitrisé.

Le cadre, posé efficacement, permet de découvrir ce sujet sans jamais s’appesantir le sujet. Cela rend plus tangible, plus accessible, la passion de Mélissandre, et permet dans le même temps d’approfondir le personnage. L’intrigue est très bien amenée et intelligemment exploitée au fil des pages. Elle parvient à entretenir la tension, en évitant les lieux communs les plus évidents pour nous proposer une histoire juste et originale.

Une construction faîte avec soin

La construction de l’intrigue va de pair avec le soin porté à la structure du texte. Nous touchons là au véritable point fort de ce roman. L’auteure maîtrise véritablement les récits enchâssés qu’elle nous présente. Chaque scène fait écho aux autres, tout en ménageant la surprise et la dynamique du récit. Sans trop en dire pour ne pas nuire à l’intrigue, l’auteure a su insuffler une véritable identité à ces récits, sans temps mort ni incohérence. Tout ceci confère au texte une véritable dynamique. Seul petit bémol, certains chapitres un peu courts peuvent donner la sensation d’une lecture saccadée. Certaines émotions auraient peut-être mérité qu’on s’y attendre plus longuement, mais cela tient du détail et n’est en rien rédhibitoire.

 

Des protagonistes nuancés et atypiques

Concernant ses personnages, Delphine Laurent est parvenue à présenter des protagonistes caractérisés. Chacun suit une motivation propre et est doté d’un fort caractère sans pour autant basculer dans le schéma de l’émotion unique (un personnage négatif, un autre déterminé, un autre drôle, etc.). Les  principaux autant que les secondaires restent cohérents et aboutis, tout en nuances et en justesse.

Conclusion

Le véritable tour de force de ce texte est de proposer un récit accessible à tout âge. Il saura intriguer les plus jeunes et intéresser les plus âgés. La teinte de fantasy confère au texte une réelle profondeur, sans entamer la cohérence de l’histoire. Le lien du faucon est un roman atypique et vif, qui a su retranscrire avec justesse la force d’une passion.

 

Leave a Reply