Laura Ferret-Rincon, invitée de France Bleu

Au début du mois de mai, j’ai été contactée par la radio France Bleu, au sujet de mon ouvrage, Echappez-vous de la procrastination (Kiwi Éditions). Ce dernier se présente sous la forme d’un guide, et d’un livre pratique, donnant des clefs concrètes pour comprendre et se libérer de ce phénomène.

L’émission 100% solidaire souhaitait interroger le rapport entre le confinement et la procrastination. Comme vous l’avez certainement constaté, la situation particulière que nous traversons a accentué notre tendance à procrastiner. De nombreuses personnes ont ainsi perdu leur motivation, rencontré des difficultés à agir, ou à retrouver leur rythme et leur efficacité.

Et cela est tout à fait NORMAL. En cette période de grand bouleversement, loin de nos repères habituels, notre esprit abesoin de s’acclimater à son nouvel environnement, ce qui a pu entraîner un passage à vide.

J’ai accepté cette invitation dans l’objectif d’aider et de dé-culpabiliser ceux qui font face à la procrastination. J’entends trop souvent autour de moi les gens associer paresse, manque de volonté, et procrastination. Or, la procrastination va bien au delà d’une démotivation passagère, et ne doit en aucun cas être associée à de la paresse (une vision aussi fausse que culpabilisante).

La procrastination en quelques mots

Échappez-vous du labyrinthe de la procrastination, Kiwi Editions

Difficile, de déterminer la procrastination en un article, on pourrait y consacrer un roman (ce que j’ai fait ! ) La procrastination désigne le fait de remettre régulièrement au lendemain ce que l’on doit faire, et les décisions qui doivent être prises. Ce n’est pas un manque de motivation passager, ou encore l’expression d’un tempérament paresseux mais bien un mécanisme psychologique complexe entraînant une difficulté durable à agir, prendre des décisions, et à faire face aux impondérables du quotidien.

Pourquoi mécanisme de défense ? Parce que la procrastination est le réflexe que notre cerveau a trouvé pour repousser ce qui nous angoisse ou nous irrite.

Nous sommes tous, à différents degrés, sujets à la procrastination. Et, cette dernière ne se manifeste ni de la même manière, ni pour les mêmes raisons d’une personne à l’autre. Elle fluctue, en fonction des circonstances, mais garde pour point d’encrage la peur (d’échouer, d’être jugé, de perdre du temps….) raison pour laquelle il existe différents types de procrastinateurs.

Elle n’est en rien une fatalité. Il existe des moyens concrets de la tenir à distance, mais pour cela, encore faut-il comprendre les raisons qui nous poussent à procrastiner.

Nous évoluons dans une société qui nous incite à la productivité constante, et intégrons l’idée que nous sommes ce que nous produisons. Ce jugement de valeur fait naître une pression invisible, mais présente, qui est un véritable terreau de procrastination et de culpabilité.

À cela, bien sûr, s’ajoute d’autres facteurs, tels que la peur, le manque d’organisation, de motivation, de confiance en soi, ou un rapport complexe au temps, par exemple. Autant d’éléments que j’ai tenté de cerné dans mes différents travaux et que vous retrouverez en détail dans mon ouvrage.

Une procrastinatrice repentie

En tant qu’autrice en télétravail, combattre la procrastination s’est imposé très vite comme une nécessité.

Photo prise durant l’émission

J’ai dû apprendre à discerner ce qui me poussait à procrastiner, afin de faciliter mon passage à l’action. Une approche qui ne m’a pas seulement permis d’être plus efficace dans mon travail, mais de mieux m’épanouir dans ma vie. De me connaître, de comprendre mes failles, de m’en libérer

Cette invitation a été une expérience très enrichissante (pour moi, comme pour vous, je l’espère). Mais le format de l’émission ne m’a permis que d’effleurer la surface de ce si vaste sujet. Assez frustrant, donc, mais on ne peut hélas pas tout dire ! Or, le jour même de mon passage à l’antenne, j’ai reçu un message d’un lecteur m’indiquant qu’il avait pu tenir en échec sa tendance à procrastiner grâce à mon livre.

Passé le sentiment de fierté, cela n’a fait que me conforter dans l’idée que nous pouvons tous nous libérer de la procrastination, et je souhaite que d’autres personnes y parviennent. En travaillant sur ce livre, en étudiant les arcanes de la procrastination, et en y faisant face au quotidien, j’ai compris que rien n’est jamais scellé. Procrastiner n’est pas une fatalité.

La procrastination… Venez en parler

Cet article n’est pas là pour vous inciter à l’achat, mais bien pour poursuivre un échange. A travers les témoignages recueillis sur France Bleu, j’ai eu une nouvelle fois la preuve que ce sujet nous concerne tous.

Alors, ne culpabilisez pas de procrastiner, ne pensez pas qu’il s’agit d’une fatalité, et n’hésitez pas à venir échanger sur le sujet, que ce soit par message, ou encore sur les réseaux sociaux.

(Ecouter le replay de l’émission du 8 mai de 14h à 15h)